Mark Eden Schooley

« Quand on naît au Texas, on voyage rarement au-delà du Colorado », s’amuse Mark Eden Schooley qui après plusieurs années dans l’entreprise familiale à poser du carrelage a fini par jeter sa ? il y a une dizaine d’années, direction la France. « J’ai suivi une fille, avoue-t-il, mais arrivé à Paris, j’ai su que je ne repartirai pas. Tout ici était différent. »
Ses études d’architecture inachevées, son goût pour l’art, des rencontres décisives, et surtout son oeil qui fait mouche lui vaudront de collaborer très vite avec des magazines. « Chez Bloom, mon premier emploi, on m’a demandé si je savais prendre des photos… J’ai dit oui alors que je ne l’avais jamais fait. »
Devenu un photographe très demandé, notamment pour Marie Claire Maison, Mark continue d’improviser des scénographie et de donner vie à des objets pour enrichir ses images aussi magnétiques que sa personnalité. « Je suis comme un enfant, je joue, j’ai besoin de faire des choses avec les mains. » Contrairement à ce qu’il s’amuse à dire, ce n’est pas le hasard mais bien son talent qui lui vaut d’avoir créé une lampe devenue objet culte, « Koushi », une structure en fil de fer recouverte de coton réalisée pour décorer le stand d’Ay Illuminate à Maison & Objet il y a 9ans. Pour l’éditeur de luminaires, le Texan, qui s’est aujourd’hui mis à son compte, a au total imaginé 17 modèles, « tous organiques, qui évoluent avec le temps. » Voyageur dans l’âme – de l’Inde aux Etats-Unis – Mark n’imagine pas quitter la France.
En attendant de construire sa maison, il imagine des objets en bambou, écorce ou fil de fer, pour la meubler et nous embarquer dans son univers.